JUSTICE

Chronique de l’assassinat du Président Jovenel Moïse: « Jean Laguel Civil VS Léon Charles, d’où est la plus grande responsabilité ? »

Le chemin qui mène à des informations sûres et vérifiées

Chronique de l’assassinat du Président Jovenel Moïse: « Jean Laguel Civil VS Léon Charles, d’où est la plus grande responsabilité ? »

Que peut-on dire de la complicité de ces deux hauts responsables de sécurité dans l’assassinat du Président Jovenel Moïse ?

Tout d’abord, il faut chercher à comprendre leur rôle et leur fonction dans le système de sécurité du pays, en particulier au regard de la sécurité présidentielle.
La fonction de coordination de la sécurité présidentielle peut-être considérée comme une fonction administrative et des relations entre la présidence et les unités de sécurité présidentielle, USGPN, USP, CATTEAM et le Haut état major de la Police nationale d’Haïti à notre humble avis.
Par contre, cela ne veut pas dire que nous écartons la thèse de l’implication possible de Monsieur Jean Laguel Civil qui est le coordonnateur de la Sécurité présidentielle dans le dossier de l’assassinat du Président Jovenel Moïse. Mais, il serait plus probable si le meurtre a été perpétré par des agents de sécurité présidentielle et du palais national d’Haïti. Alors, on aurait pu parler de la responsabilité pleine et entière du Coordonnateur général de la sécurité présidentielle.
Maintenant, comme étant donnée, la thèse retenue jusqu’à présent et suivant l’ordonnance du juge Walther Wesser Voltaire, c’est l’intrusion des mercenaires étrangers en la résidence privée du Président Jovenel Moïse sise à Pèlerin 5 en date du 7 juillet 2021.
Comment se fait-il un système de sécurité nationale d’un pays est aussi fébrile et perméable ?
C’est-à-dire, la direction générale de la Police nationale d’Haïti a la plus grande responsabilité dans la présence des mercenaires étrangers dans le pays, parce qu’il y va de la sécurité nationale avant tout. C’est comme si, on peut se lever un bon matin, le pays est envahi par des soldats étrangers et on ne pourrait pas nier la responsabilité de la direction générale de la PNH. Dans d’autres cas, si l’armée d’Haïti fonctionne réellement, en matière de sécurité territoriale, la responsabilité de l’armée d’Haïti serait incontestable. Maintenant, dans le cadre de l’assassinat du Président Jovenel Moïse, le Directeur général de la PNH, Léon Charles devait être la première personne à mettre sous les verrous dans le cadre de l’assassinat du Président Jovenel Moïse. Malheureusement, il a été promu ambassadeur des Etats Unis à l’OEA qui ressemble à une forme de récompense que nous critiquons aveuglement.
On n’a rien dit concernant les responsables des Immigrations et Émigration du pays. Les étrangers ne peuvent pas pénétrer aussi facilement dans un pays, jusqu’à l’assassinat d’un Président en sa résidence privée. C’est terrible.
S’il y a un élément dans l’ordonnance du juge instructeur Walther Wesser Voltaire qui nous intéresse le plus, c’est le renvoi de l’ex DG de la PNH par devant le tribunal criminel sans assistance de jury et nous applaudissons cette décision chaudement.
Avant d’entrer dans l’ordonnance du juge instructeur Walther Wesser Voltaire, nous voulons faire une petite considération ou un petit commentaire sur la déclaration du responsable de l’organisation des droits humains ( RNDDH) , monsieur Pierre Espérance qui a fait mention qu’il se pourrait que monsieur Jean Laguel Civil aurait reçu une somme d’argent pour payer les agents de sécurité présidentielle dans le dossier de l’assassinat du Président Jovenel Moïse en date du 7 juillet 2021 en sa résidence privée à Pèlerin 5. Cette question nous intéresse au plus haut niveau, parce que notre objectif principal dans le cadre de la Chronique de l’assassinat du Président Jovenel Moïse est de faire jaillir la lumière autour de cette affaire et de veiller à ce que justice soit rendue équitablement. C’est la raison pour laquelle, nous analysons minutieusement l’ordonnance du juge instructeur Walther Wesser Voltaire et nous organisons des ateliers de travail avec des avocats et des juges compétents dans ce dossier pour éviter de trop politiser les enquêtes sur l’assassinat du Président Jovenel Moïse et l’abus de pouvoir dans cette affaire trop sérieuse pour l’avenir de la République. D’ailleurs, dans le cadre de la Chronique de l’assassinat du Président Jovenel Moïse, nous recherchons les 5 éléments suivants :

1) Les auteurs intellectuels du Crime.
2) les Co-auteurs
3) les Commanditaires
4) les complices et les facitateurs haïtiens et étrangers.
5) les vrais assassins

Donc, c’est pour dire que nous ne sommes pas en train de faire plaisir à un groupe ou de nuire à un autre groupe. Mais non, nous cherchons la lumière et rien que la lumière dans cette affaire pour éclairer le peuple haïtien trop souvent baffoué. Et, c’est la raison pour laquelle, nous prenons comme boussole, l’ordonnance du Juge instructeur Walther Wesser Voltaire et que nous vous invitons à lire l’audition de ces deux concernés :
1) Jean Laguel Civil, coordonnateur de la Sécurité présidentielle :

Juge d’instruction : » il a déclaré qu’au moment où il est informé de l’attaque de la Résidence du Président de la République en tant que coordonnateur, il a fait appel au responsable de l’USGPN, en l’occurrence le Commandant Dimitri Hérard pour porter aide au Président en difficulté. Ce dernier a répondu par l’affirmative. Par contre, voulant s’informer par l’entremise du Commandant Dimitri Hérard de l’évolution de la situation et que ce dernier a déclaré que lui et Paraison se trouvent à bord d’un véhicule en direction de la résidence du Président et qu’ils sont interdits de s’y approcher par des individus qui se disent agents de la DEA ».

2) Dimitri Hérard, chef de l’USGPN :

Juge d’instruction :
 » Attendu que le juge instructeur constatera que le Commandant Dimitri Hérard informé d’une attaque armée contre la résidence du chef de l’État s’y présentait sans se faire accompagner d’aucune escorte de sécurité par rapport à l’éventualité d’une agression physique qui pourrait arriver, cela explique que s’il n’était pas au parfum du drame toute la Police nationale d’Haïti serait en sa compagnie pour voler au secours de la famille présidentielle en danger « .

3) Léon Charles, DG de la PNH :

Juge d’instruction :
 » Il a déclaré que le Président de la République l’a appelé à 1h 38 pour l’informer qu’il est en difficulté. Tandis que Jean Laguel Civil lui-même a dit que le Président l’a appelé à 1h 34. »

Juge d’instruction :
 » Attendu que si le Directeur général de la PNH a reconnu que le Président était en difficulté 1h 15 minutes et que cette même information est parvenue à Dimitri Hérard à 1h 38, cela prouve clairement, sans aucun doute que le Président était en vie entre 18 minutes après avoir mis le DG de la PNH au courant du danger qu’il courrait.

Remarque pertinente :
Pourquoi, on a jamais procédé à l’arrestation d’aucun agent de la sécurité de la résidence du Président Jovenel Moïse qui était en fonction lors de son assassinat ?

Donc, dans le cadre de la présentation de la Chronique de l’assassinat du Président Jovenel Moïse, nous présentons ce vis à vis entre le Coordonnateur général de la sécurité présidentielle, monsieur Jean Laguel Civil et le DG de la PNH, monsieur Léon Charles juste dans le but de faire jaillir la lumière.

À vous de commenter avec respect et compréhension.

Ulysse Jean Chenet
Rédacteur

Réalité Info

RÉALITÉ INFO (RT-INFO), est un média en ligne Haïtien ce, en vue de desservir la population qui se trouve à travers le monde entier. Notre souci majeur c’est de donner à nos lecteurs des informations sûres, sur tous les événements à caractère culturel, social, économique et politique. realiteinfo1@Gmail.com/ Contact /(509) 37688454 "RT-INFO" Le chemin qui mène à des informations sûres et vérifiées

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
YouTube
Instagram