Société

Journée mondiale de la liberté de la presse: l’ONU appelle à une plus grande solidarité avec les journalistes

Journée mondiale de la liberté de la presse: l'ONU appelle à une plus grande solidarité avec les journalistes

La désinformation, les discours de haine et les attaques meurtrières contre les journalistes menacent la liberté de la presse dans le monde entier, a déclaré mardi le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres, appelant à une plus grande solidarité avec les personnes qui nous apportent les informations.

Cet appel a été lancé dans son message à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée chaque année le 3 mai, conformément à une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies de 1993.  

Cette année, l’accent est mis sur le lien entre la liberté de la presse et l’ensemble des droits de l’homme.

« La liberté de la presse est le fondement même de la démocratie et de la justice. Grâce à elle, nous disposons de tous les faits dont nous avons besoin pour façonner notre opinion et dire la vérité aux détenteurs du pouvoir. Mais aux quatre coins du monde, la liberté de la presse est attaquée », a dit M. Guterres.

Le Secrétaire général étant absent de New York, son message a été diffusé par vidéo lors d’une cérémonie organisée dans la salle de l’Assemblée générale pour commémorer le 30e anniversaire de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Des journalistes et responsables de médias et d’organisations de défense des droits de l’homme du monde entier ont participé à cet événement et partagé leurs expériences et leurs opinions dans le cadre de plusieurs panels sur des sujets tels que le multilatéralisme et la liberté d’expression.

Dans son discours d’ouverture, Audrey Azoulay, Directrice générale de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), en charge de défendre et de promouvoir la liberté d’expression et qui milite pour la protection des journalistes, a rappelé que 2022 avait été l’année la plus meurtrière pour la profession.

L’année dernière, 86 journalistes ont été tués, principalement en dehors des zones de guerre. « Souvent, ils étaient chez eux avec leur famille », a-t-elle dit. Des centaines d’autres ont été agressés ou emprisonnés.

Le niveau d’impunité pour ces crimes envoie un message effrayant, car « la sécurité des journalistes n’est pas seulement l’affaire des journalistes ou des organisations internationales. C’est une question qui concerne la société dans son ensemble ».

En outre, les reporters sont également attaqués dans le cyberespace. Un rapport de 2021 a révélé que 73% des journalistes femmes (soit trois femmes journalistes sur quatre) ont été victimes de harcèlement en ligne, ce qui a incité l’UNESCO à recommander aux plateformes numériques de renforcer leur protection.

Dans un entretien accordé à ONU Info, Tawfik Jelassi, Sous-Directeur général de l’UNESCO pour la communication et l’information a noté que certains suggèrent parfois que ces femmes ne devraient « pas prêter attention à ces messages de haine en ligne » alors que l’étude de l’UNESCO montre que 20% d’entre elles finissent par être attaquées physiquement.

« Il ne s’agit pas de lire ou de ne pas lire de messages de haine en ligne », a-t-il insisté. « Qu’est-ce que l’on fait avec les attaques physiques, la violence corporelle qui touchent 20% d’entre elles?  On les vise un parce qu’elles sont des journalistes. Deuxièmement, parce qu’elles sont des femmes ».

Mme Azoulay a noté que ces défis surviennent au moment même où les journalistes sont plus que jamais nécessaires, l’avènement de l’ère numérique ayant modifié l’ensemble du paysage de l’information. 

Bien que l’Internet ait ouvert de nouveaux canaux d’information et d’expression, il a également fourni un terrain fertile à ceux qui cherchent à semer la désinformation et les théories du complot.

Il y a un nouvel ordre mondial de l’information, a indiqué pour sa part M. Jelassi. « Aujourd’hui, les plateformes numériques sont globales, elles touchent le monde entier. Donc une information qui est malveillante, peut faire du mal à travers le monde à une vitesse grand V, en temps réel ».

Selon lui, ce changement de paradigme du monde de l’information, du monde de la communication et du métier de journaliste a des bienfaits, puisque l’information est un droit humain.

« Mais le mal fait que cette information n’est plus sujette à un système éditorial, à des professionnels seulement. Toute personne peut se poser comme un ou une journaliste alors que ce sont des blogueurs et autres. Ils n’ont pas eu cette formation professionnelle », a-t-il expliqué. « Il n’y a pas un rédacteur en chef qui dit : ‘Voici notre ligne rédactrice et voici notre déontologie’, et qui permet de filtrer ce qui peut nuire. Aujourd’hui, on met la formation en ligne et les gens la propagent à la vitesse grand V. Aujourd’hui, les mensonges voyagent beaucoup plus vite que la vérité ».

Selon la cheffe de l’UNESCO, Audrey Azoulay, « Nous nous trouvons à un nouveau carrefour ». « La voie que nous suivons actuellement nous éloigne des débats publics éclairés. Elle nous éloigne de la notion même de réalité partagée dont elle dépend. Nous nous dirigeons vers une polarisation toujours plus grande ».

Elle a appelé à une plus grande action pour s’assurer que l’information puisse rester un bien public, notant que l’UNESCO soutient une vingtaine de pays pour développer des politiques éducatives en matière de maîtrise des médias et de l’information à l’ère numérique. 

RÉALITÉ INFO « RETI »

Réalité Info

RÉALITÉ INFO (RT-INFO), est un média en ligne Haïtien ce, en vue de desservir la population qui se trouve à travers le monde entier. Notre souci majeur c’est de donner à nos lecteurs des informations sûres, sur tous les événements à caractère culturel, social, économique et politique. realiteinfo1@Gmail.com/ Contact /(509) 37688454 "RT-INFO" Le chemin qui mène à des informations sûres et vérifiées

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
YouTube
Instagram